Observation
natau il chasse ninataun je chasse
upau elle s’envole, part en avion tshiupaun tu t’envoles, pars en avion
ishikapau elle se tient debout ainsi nishikapaun je me tiens debout ainsi

Les verbes ci-dessus ont un radical qui se termine par au : natau-, upau-, ishikapau– . Le dictionnaire innu donne l’information suivante concernant ce type de radical : rad : au.

Dans les dialectes de l’ouest, ces radicaux en au sont souvent prononcés avec un u long : [t∫ǝtǝmu:] tshitimau il est pauvre. Toutefois, cette prononciation en [u:] n’est pas systématique dans les dialectes de l’ouest, puisque qu’on retrouve la prononciation en [a:w] dans tous les dialectesQuand on a un a long, la suite [a:w] demeure telle quelle dans tous les dialectes. pour kuetshinau il fait plusieurs choses (prononcé [kwe:tńa:w]) et upiuau il a du poil (prononcé [upi:wa:w]).

VERBES À RADICAL AI EN au
nekau il est couvert de sable ninekaun tu es couvert de sable
uńakau il est crasseux tshuńakaun tu es crasseux
tshitimau il est pauvre nitshitimauti j’étais pauvre
manitikańau il est costumé tshimanitikańaunan nous sommes costumés
nipau il se marie ninipaunan nous nous marions
ishpau il vole haut apu ishpaut il ne vole pas haut
shatukapau il se tient debout droit shatukapaui! tiens-toi debout droit!
upiuau il a du poil apu upiuaut il n’a pas de poil
REMARQUES
  • À la 3e personne du singulier de l’indépendant indicatif présent (la forme du dictionnaire), le radical en -au ressemble beaucoup au radical en -a long, d’autant plus que parfois le a est long (et dans ce cas, on prononce [aw] dans tous les dialectes; toutefois, quand on conjugue le verbe à radical en -au, on se rend compte que le u est maintenant partout dans les formes conjuguées, ce qui n’est pas le cas pour le radical en -a long; exemple : nekau il est couvert de sable, ninekaun je suis couvert de sable, tshinekaun tu es couvert de sable.
  • Dans le dialecte de l’est, le radical en -au pourrait être confondu avec celui en -u long (par exemple avec des verbes comme nekau, ukaumau et akuneshau du tableau précédent), car leur conjugaison est identique. Dans le dialecte de l’ouest, la prononciation distingue ces 2 types de radicaux, et c’est la raison qui justifie qu’on en fasse un radical à part, noté comme tel dans le dictionnaire.
  • Les verbes dont le radical se termine par -kapau debout font tous partie du radical en -au; quand on sait en conjuguer un, on peut tous les conjuguer.
  • Comme pour les radicaux en u bref, la flexion -u de 3e personne du singulier de l’indépendant indicatif présent s’assimile au u du radical.