Observation
tshitimu il est paresseux nitshitimin je suis paresseuse
shikatshu elle a froid apu shikatshit elle n’a pas froid

Les verbes ci-dessus ont un radical en i bref qui s’efface lorsqu’on ajoute le -u de la 3e personne de l’indépendant indicatif présent, la forme d’entrée du dictionnaire innu. Mais d’autres formes indiquent le i, comme la forme à la première personne nitshitimin ou le conjonctif shikatshit employé après la négation apu.

EXEMPLES DE VERBES À RADICAL AI EN i BREF
pushu il embarque pushi! embarque!
maushu il cueille des baies tshimaushin tu cueilles des baies
innishu il est intelligent tshitinnishinau vous êtes intelligents
mitshu il mange qqch tshimitshinan nous mangeons qqch
kushtatshu il a peur nikushtatshinan nous avons peur
tshimutu il triche eka tshimuti! ne triche pas
kuashkutu il saute kuashkutitau! sautons
apu il est assis apipan il était assis
kushpu il monte dans le bois nikushpinan nous montons dans le bois
aimu il parle aimi! parle!
tshitimu il est paresseux nitshitimiti j’étais paresseux

On peut facilement confondre les verbes à radicaux en i brefs avec ceux en u brefs, parce que ces voyelles brèves ne sont pas prononcées comme des [i] ou des [u], mais souvent comme des [ǝ]Le son [ǝ] se prononce comme le e du français dans peser.. L’orthographe des formes verbales de ces radicaux demande un certain apprentissage là où on ne prononce pas les u brefs.

Pour l’instant, le dictionnaire innu indique seulement les radicaux AI en u, sinon ce sont des radicaux en i brefs. Par exemple pour pushu il embarque, qui fait nipushin j’embarque, prononcé [nǝpu∫ǝn]), on n’a pas d’indication de radical, ce qui signifie qu’il s’agit d’un radical en i bref.