Observation
mishkamu il trouve qqch nimishken je trouve qqch
shashkaimu il allume qqch nishashkain j’allume qqch
pakuneimu il perce qqch nipakunein je perce qqch

Le radical d’un verbe TI comme mishkamu est la partie mishk- qu’on trouve avant les terminaisons -amu ou -en. Les radicaux de verbes comme shashkaimu et pakuneimu sont shashkai- et pakunei- (avant les terminaisons -mu ou -n).

Il y a 2 types de radicaux TI :

  • Radicaux se terminant en consonne (le verbe dans le dictionnaire se termine en -amu) : mishkamu
  • Radicaux se terminant en ai ou en ei (le verbe dans le dictionnaire se termine en -aimu ou en -eimu) : shashkaimu, pakuneimu
REMARQUE HISTORIQUE
 
  • Historiquement, tous les verbes TI avaient la même conjugaison. Les verbes TI en ai ou ei se terminaient par un h, forme qui a été préservée dans le dialecte de Mashteuiatsh : tashkahamu il fend qqch, ashtuehamu il éteint qqch, devenus respectivement tashkaimu et ashtueimu dans les autres dialectes.
DIFFICULTÉ ORTHOGRAPHIQUE
Il n’est pas facile de distinguer à l’oral un verbe en -ai- (comme tashkaimu il fend qqch) d’un verbe en -ei- (comme pakuneimu il perce qqch), parce que les -ai- et les -ei- ont tendance à être prononcés de manière identique : [e:j] ou [i:], [ta∫ke:jm] ou [ta∫ki:m]. Écrire correctement ces verbes TI demande donc un effort, et le recours au dictionnaire est recommandé en cas de doute.